Arnaud Jerald : “Mes rêves sont faits d’or”

Arnaud Jerald : Mes rêves sont faits d’or –  My dreams are made of gold –

J’ai 21 ans, je vis à Marseille. Je viens de finir mes études en BTS électrotechnique. J’ai fait trois ans de Bac Pro Electricité et après, deux ans de BTS à Don Bosco Marseille.

«  Tout est parti d’un rêve de gamin qui était le suivant : «   peut-être un jour tu seras le champion du monde », me disais-je. Ce rêve a évolué parce que j’ai pris confiance en moi, j’ai été deux fois champions de France et maintenant, le plus jeune qui soit descendu à 100 mètres. Je suis le plus jeune apnéiste au monde en faisant 105 mètres. J’ai commencé avec 95 mètres, c’était ma première médaille. C’est un sport solitaire mais pendant la compétition, il y a des enjeux.  Il y avait des échecs aussi mais le principal, c’est d’avoir un objectif et de ne jamais perdre le cap, de ne pas se disperser. Je vous parle d’apnée mais c’est valable dans  de tous les sports. Je suis venu à Don Bosco pour faire de l’électricité mais ce n’était pas ma passion, ça m’a permis d’avoir un BTS et d’avoir un plan B.

Je découvre l’apnée grâce la chasse sous-marine à l’âge de 7 ans aux côtés de mon père comme un passage initiatique ludique vers le monde sous-marin. A 16 ans, je participe avec mon père à mon premier stage d’apnée au Massilia Sub à Marseille. Florent Pascal me transmet alors sa passion et sa vision de la mer. C’est pour moi une révélation, à ce moment-là, je me dis : « un jour tu seras apnéiste professionnel ».

Les sponsors donnent des sous comme dans tous les sports mais c’est plus difficile pour l’apnée. Comment faire s’il n’y a pas de sponsors ? Qu’est-ce qu’on fait ?  Aujourd’hui, j’ai mon diplôme et si je voudrais faire électricien je peux toujours repartir sur une autre dynamique. Ce que je voudrais vous transmettre, c’est que si vous avez une passion ou si vous faites du sport, il faut se donner un objectif et foncer  pour ne pas avoir de regrets plus tard.

Ilyes : « A 100 mètres, la température change beaucoup ? » Très bonne question. En France, c’est +25°C à la surface et en bas +13°C.

Greg : « Tu peux gagner ta vie en faisant ce sport ? ». « Oui », répond Arnaud. Mais aujourd’hui, je ne vis pas que de ma passion. J’ai des sponsors pour le matériel, et parmi ces sponsors se trouve l’école Don Bosco.  Aujourd’hui, j’ai des médailles donc je peux espérer plus.

Victor : « Au niveau des oreilles vous avez des protections ? ». « Bien sûr, nous avons des tampons ».

J’ai eu une démarche qui était un peu spéciale et qui m’a permis d’arriver très vite à ce niveau-là. Alors comment j’ai fait ?  J’ai commence très tôt la chasse sous-marine. Ça m’a appris à m’adapter à la pression de l’eau. On ne peut pas progresser d’un coup de 20 mètres à 100 mètres parce qu’on aura tellement de pression sur le corps que si on n’est pas entrainé, le corps ne pourrait pas le supporter. A 15 ans, j’ai fait mon premier stage d’apnée à Marseille. La chasse sous-marine va vers l’extérieur vers les pissons vers faire la chasse. L’apnée, je découvre ça comme une sensation quelque chose que l’on ressent. Donc, en introspection. L’ambiance est plus zen et ça me correspond. Pourquoi ne pas aller plus loin et persévérer là-dedans. Le club m’a proposé de m’inscrire à l’année mais j’ai décidé de ne pas m’inscrire. J’ai fait cette démarche de progresser sur le long terme. J’ai effectué plusieurs stages entre Nice, Toulon et  Marseille. J’ai plongé avec des personnes qui sont très expérimentés et qui ont fait plusieurs championnats du monde. Chacun m’a donné des conseils différents. Grâce à tout ça,  j’ai pu me faire ma propre vision de l’apnée et accéder à ce niveau. Il ne faut pas oublier que c’est un sport extrême. Il faut s’entourer de sa famille, de personnes expérimentées dans l’apnée et accumuler de bonnes sensations de confiance en soi. Grâce aux personnes qui vont vous soutenir, vous pouvez atteindre les meilleurs niveaux. Vous êtes autour d’une équipe mais 100 mètres plus bas vous êtes tout seul.

A regarder sur you tube : https://youtu.be/-O4jS37aZOo

Donnons la parole aux jeunes qui ont rencontré Arnaud Jerald :

Lucas : « La rencontre avec Arnaud est bénéfique pour moi parce qu’il s’est donné une motivation pour réaliser son rêve et en plus il a dépassé ses limites. »

Alexis : « Il a réalisé son rêve et je voudrais aussi que mon rêve se réalise. J’aime ce qu’il a fait et pour moi,  l’apnée c’est aussi mon rêve et je voudrais faire pareil. »

Valentin : « Partir de rien et devenir champion de France c’est incroyable. Personnellement, je ne serais pas capable de faire la même chose mais il peut être un modèle pour moi parce qu’il se donne des objectifs et persévère. Il garde son objectif en tête. »

Alexandre : « Partir de rien et arriver à un niveau international, c’est impressionnant. »

Victor : « Bravo, un joli entrainement avec beaucoup d’émotions. Je suis capable de faire la même chose parce que ma passion me plait aussi. En plus, j’adore les gens qui dépassent leurs capacités. »

Jean Paul : « Je pense qu’Arnaud est vraiment une personne exceptionnelle parce qu’il est arrivé à faire ce qu’il voulait dans sa vie et grâce à ça, il est devenu champion du monde d’apnée. Franchement, je serais capable de faire la même chose parce que j’aime être sous l’eau. Je me sens mieux sous l’eau que sur terre. Il  peut être un modèle pour moi car il a réussi son rêve. Ce que j’ai retenu de la rencontre avec Arnaud, c’est qu’il faut toujours croire à ses rêves et que tout le monde peut y arriver. »

Greg : « Je dis bravo, il se gave. Il peut être un modèle pour moi parce qu’il a réussi en partant de rien et il a atteint ses objectifs en apnée. »

Anis : « Ce qu’il a fait, c’est incroyable, je le félicite. »

Maxime : « Il a réalisé son rêve de gosse et il nous a bien expliqué. Il était déterminé à aller au bout de ses rêves. »

Freddy : « C’est quelqu’un qui a de l’envie et qui est courageux. Personnellement, je ne suis pas capable de tenir mes objectifs. »

Julien : « C’est très bien ce qu’il a fait, ça demande beaucoup d’entrainements et en plus, il est parti de rien, pas de sponsors. C’est bien que Don Bosco ait sponsorisé ses affaires. Il me donne l’exemple qu’avec du travail et un objectif, on fait ce qu’on veut. »

Ilyes : « Il est exceptionnel mais je ne suis pas capable de faire la même chose, trop de travail. Il peut être un modèle parce qu’il a beaucoup travaillé. »

Thomas : « Il m’a fait comprendre qu’il faut se battre dans la vie pour réussir. »

Iyes : « Je pense que c’était une bonne décision de venir nous voir et nous donner envie de réussir. Je suis capable de faire la même chose mais d’abord je dois finir les études. La rencontre avec lui, c’était bien parce qu’il nous a appris des trucs sur sa passion. »

Sofiane : « Je pense qu’il a un mental en fer parce qu’il est resté très fort pendant les compétitions. Je ne pourrais pas faire la même chose qu’Arnaud parce qu’il me manque du courage. La rencontre m’a fait comprendre que même si nous avons une passion qui nous fait vivre, il faut toujours préparer un plan « B » et pour lui le séjour dans notre école, c’est un plan B. »

Bruno : « C’est quelqu’un qui est positif et qui a confiance en lui. Il est habité par le courage et donne tout pour la réalisation de ses rêves. Il peut être un modèle dans mes passions qui sont le foot et le vélo. Il me donne la motivation et a confiance en lui dans toutes les situations. Il est sincère dans sa passion et gère sa carrière de façon intelligente. »

Gianni : « J’ai deux choses à dire. Bravo pour tout ce chemin parcouru et garde courage dans ton avenir de plongeur pro. Je ne suis pas capable de faire la même chose parce que je suis découragé par mes problèmes de famille. Il est jeune, il est champion. Il m’a appris que sa passion, on doit la faire à fond. »

Kentin : « Il a vraiment un bon parcours. Il peut être un modèle pour moi parce qu’il a fait ce qu’il voulait. »

Christophe : « Bravo à lui pour ce qu’il nous a partagé. Il peut être un modèle pour moi parce qu’avec, mon père nous faisons de la plongée et ça nous plait aussi. Il se gave parce qu’il a tout réussi : le BTS à Don Bosco plus les médailles dans sa passion. »

Karim : « Je ne serai pas capable de faire la même chose parce que ça demande des talents et il faut travailler beaucoup. Je l’encourage et qu’il fasse bonne carrière. »

Anthony : « Il faut jamais rien lâcher et essayer de réaliser son rêve qu’Arnaud à fait. Je ne suis pas capable de faire la même chose parce que je n’ai pas la même capacité. La rencontre était super, j’ai appris beaucoup de choses et ça m’a donné encore plus de motivation pour la musculation. Je ne lâche rien. »

Antoine : « Je trouve son parcours incroyable. Si tu fais le sport qui te plait à fond, tu peux aller très loin. »

Max : « Je pense qu’il faut toujours persister lorsqu’on a des rêves. Je pense que je serais capable mais il faut être sérieux. Arnaud c’est une personne calme et il a une passion pour l’apnée. »

Lucas : « C’est incroyable son parcours. J’aime beaucoup sa mentalité mais les sports dans l’eau, ce n’est pas mon truc. »

Gaétan : « Il faut avoir beaucoup de courage et de détermination mais surtout de l’entrainement. A mon avis, il ira très loin parce qu’il est courageux et il réalise ses objectifs avec beaucoup de détermination. »

Lucas : « Il est fort je ne suis pas capable de faire la même chose parce que je n’ai pas le même mental que lui. »

Nils : « Il a beaucoup de courage, il se lance dans une aventure qui peut lui coûter la vie. Je ne ferai pas la même chose je ne risquerai pas ma vie. Il ne lâche jamais rien et il croit en ses rêves.

Jérémie : « C’est beau, il a cru en ses rêves. Bravo à lui. »

Benoît : « Il a réussi par sa motivation et parce qu’il avait un rêve. Son sport demande énormément de concentration. »

Tristan : « Il a un très bon parcours et il peut vivre de son sport. En plus, il est parti de rien et il a fini très haut. »

Enzo : « J’ai trouvé ça top car avec beaucoup de volonté, il a réussi son rêve en partant de rien. Ce qui m’a le plus plu, c’est qu’il est à fond dans tout qu’il fait. »

R. JANIEC