Session Secouristes pour la paix à Nice

Connais-toi toi-même : Session Secouristes pour la paix à Nice

 La phrase de Socrate “Connais-toi toi-même” n’est pas exactement de lui, c’est une devise inscrite au frontispice du Temple de Delphes que Socrate reprend à son compte. Elle figure au panthéon des grandes phrases philosophiques.

Cette assertion, sous sa forme impérative, indique que l’exigence de l’homme doit se porter sur sa nature. C’est en se connaissant, en cherchant en lui-même, que l’homme peut trouver la sagesse. Mais deux questions essentielles sont posées par Socrate :

– Pour y trouver quoi ?

– Par quel moyen ?

Socrate et la connaissance

Le quoi, d’abord. En effet, cette invitation à l’introspection doit être reliée à la théorie platonicienne de la réminiscence. Chacun, nous dit Socrate, dispose du savoir en lui-même, il suffit de se le rappeler.

Le comment, ensuite. Socrate se présente ainsi souvent, dans son rôle de questionneur, comme un accoucheur d’âme. Socrate questionne parce qu’il ne sait rien, sait qu’il ne sait rien, il n’a rien à apprendre, mais il peut aider ses disciples à découvrir les vérités qui ont en eux.

« Sans ce travail sur soi-même, la vie ne vaut rien » et « Une vie sans examen ne vaut d’être vécue » selon Socrate :

Une session entre 20 jeunes du réseau Don Bosco nous aide à faire tomber les murs afin de mieux rencontrer l’autre. Ensemble, entre jeunes et formateurs, nous découvrons plusieurs clés pour mieux vivre dans la paix. Un beau moment aussi de fraternité.

Pendant une semaine, une vingtaine de jeunes de tout le réseau salésien se sont ainsi réunis à Nice où ils se sont faits des amis, où ils ont appris à comprendre, soutenir et aimer l’autre. Au menu de la formation, qui prend place au lycée Don Bosco de Nice, des rencontres avec l’ensemble des autres jeunes de France ; une introduction aux notions d’ouverture aux autres et à soi-même, la notion de prise en charge, de choix, d’objectifs, de compétences et de contribution unique et personnelle. Durant 4 jours, les jeunes auront appris à concevoir la personne plus que le groupe social, l’origine, voir leurs propres compétences et ce qu’ils apportent au groupe. Pour cela, des travaux par groupe de 4 ou 5, dans une salle ou dehors, quelquefois dans la ville, grâce à des témoignages, des rencontres et surtout grâce à eux. Au final, des moments uniques, des amitiés qui bourgeonnent, des souvenirs inoubliables…

Louise et Léa ont représenté notre établissement et nous les en remercions :

Louise : « J’ai participé à une formation qui nous permet d’être en paix avec nous-même et avec les autres. J’y suis allée par curiosité et pour rencontrer de nouvelles personnes. Pendant la journée, nous avons travaillé en petits groupes avec des personnes que nous avons appris à connaître au fur et à mesure. Nous étions 23 exactement, il me semble. Il y avait des élèves de Nice, Lyon, Marseille, Lille et Chambéry. J’ai retenu de cette formation que je peux aider les autres à casser les barrières qu’ils peuvent se mettre et les aider à être en paix. Ce qui nous a donné le plus de joie pendant ces quatre jours, c’est de pouvoir être amis avec des gens de plein d’endroits différents qu’on aurait jamais pu connaître sans cette formation. Je voudrais souligner que c’est une formation très intéressante et très gratifiante. Je propose cette formation aux autres car elle nous a aidés à mieux nous connaître ».

Léa : « Cette formation consiste à être en paix avec soi-même et avec les autres. C’est-à-dire accepter les différences, aider les autres, à ne pas juger car chacun n’a pas le même vécu et certains peuvent être plus sensibles que d‘autres. J’ai participé à cette formation pour découvrir de nouvelles choses, faire de nouvelles rencontres et par curiosité. La journée s’est déroulée de la façon suivante. Le matin, on se réveillait avec une petite danse comme au Campobosco. Ensuite, on étudiait un sujet dans une salle. A midi, temps libre. L’après-midi, on sortait de Nice et on pratiquait ce qu’on avait étudié le matin. Le soir, une veillée nous était proposée. Nous pouvons désormais mettre en pratique ce que nous avons appris à Nice, par exemple : ne pas gaspiller de nourriture, la donner aux pauvres et SDF. Ce qui m’a le plus plu, c’est de voir des nouveaux, des amis que j’ai rencontrés à Campobosco. Vive la solidarité, la confiance et de faire des nouvelles rencontres entre amis.  C’est une expérience enrichissante, touchante et surprenante et en plus, nous avons la possibilité d’aller à Nice tous les soirs. Cette formation m’a permis d’être en paix avec moi – même et avec les autres. »

R. Janiec

 

Laisser un commentaire